Rechercher :

Critères Durables


baresse


  • Durabilité économique !


Systèmes de production économes et autonomes.
- Diminution des entrants, des coûts => amélioration du revenu - Récupération des eaux de pluies - Recherche de l’autonomie : moindre dépendance aux aides
- Maîtrise de la commercialisation : marchés, vente directe, rapprochement avec le consommateur - Création d’emplois.
- Plusieurs productions et non pas une monoculture : sûreté économique. - Contribution pour les générations futures, l’agriculteur a un rôle à jouer dans la transmissibilité de son exploitation et la formation (agricole ou pas) des jeunes.
- Propose une gamme large de produits

  • Durabilité Socioterritoriale !


- Emplois : taille modeste de l’exploitation => partage du foncier. Permet d’autres installations sur le territoire.
- Patrimoine bâti : respect du paysage, restauration de vieux patrimoine, etc.
- Valorisation du territoire. L’agriculteur est citoyen d’un territoire qu’il fait vivre à travers son investissement personnel ou professionnel, il est gardien d’un savoir-faire local, d’une connaissance locale.
- Commercialisation en circuit court : renforcement des liens sociaux du territoire, pratiques équitables et solidaires. Relation de confiance avec le consommateur.
- Contribution à la valorisation de son métier, à la solidarité avec ses collègues => implication dans un groupement de producteurs, une association agricole, un syndicat, etc.
- Mise en commun des équipements, mutualisation des savoirs faire. Par exemple, membre d’1 CUMA.
- Accueil éducatif à la ferme : membre de CIVAM RACINES, etc.
- Acteur de développement local : la distribution locale de la production permet de faire vivre le territoire.
- Contribution pour les générations futures, l’agriculteur a un rôle à jouer dans la transmissibilité de son exploitation et la formation (agricole ou pas) des jeunes.

  • Durabilité Agroécologique !


- Biodiversité, diversité des cultures. - Approvisionnement local. - Démarche de qualité : AB, GIE, etc.
- Culture/élevage de variétés/races locales et/ou anciennes. - Respect de l’environnement. - Engrais, fertilisation : biologiques, utilisation du compost, etc.
- Rotations longues. - Bien-être animal : parcours en plein air, respect des cycles naturels, traitements homéopathiques, etc.
- Energies renouvelables et économie d’energie. - Plusieurs productions et non pas une monoculture : oliviers/vignes, poules/légumes, etc.

Voici, les dix principes de l'agriculture paysanne. L’agriculture paysanne prend en compte les principes de l’agriculture durable…

Principe n° 1 : répartir les volumes de production afin de permettre au plus grand nombre d'accéder au métier et d'en vivre.

Principe n° 2 : être solidaire des paysans des autres régions d'Europe et du monde

Principe n° 3 : respecter la nature.

Principe n° 4 : valoriser les ressources abondantes et économiser les ressources rares.

Principe n° 5 : rechercher la transparence dans les actes d'achat, de production, de transformation et de vente des produits agricoles.

Principe n° 9 : maintenir la diversité des populations animales élevées et des variétés végétales cultivées.

Principe n° 10 : raisonner toujours à long terme et de manière globale.

Principe n° 6 : assurer la bonne qualité gustative et sanitaire des produits.

Principe n° 7 : viser le maximum d'autonomie dans le fonctionnement des exploitations.

Principe n° 8 : rechercher les partenariats avec d'autres acteurs du monde rural.


Retour en haut de page | Retour à l'accueil du site